Un outil clé-en-main pour créer votre site gratuitement
Sans connaissance
technique
Et l’enrichir avec
des options à la carte
  • Retrouvez nous sur Facebook

Costumes de cérémonies

Les femmes du groupe portent un costume de cérémonie en honneur à la fin du XIXème siècle, arboré lors des mariages principalement, ainsi que pour les grandes fêtes de la vie.

 

Dans presque toute la Haute Bretagne, dès les années 1880, les femmes ont adopté les caracos baleinés, cintrés, à haut col; il en va de même pour le port de la jupe à tournure élégante à plis à l'arrière, à grand panneau à l'avant, portée haute au-dessus de la taille, très en vogue à cette époque. Les couleurs foncées tels que le noir ou le gris soutenu sont synonymes de bon goût.


Le tablier à grande bavette passepoilée et baleinée se porte partout dans le comté Nantais. Il est généralement noir, en soie version brochée ou moirée. La bavette du tablier fixe les extrémités d'un petit châle triangulaire, souvent en velours. Lui seul est de couleur : la couleur "lie de vin" était très prisée dans le secteur.

 

Enfin, une femme élégante aime à se parer de bijoux que l'époque et son rang social lui permettent d'adopter : il s'agit de broche de caraco, de sautoir, de chaînes diverses en or, en argent ou en pomponne.

Pastourelle à Ancenis

Costumes de tous les jours

Il s’agit d’un costume porté dans tout le Nord du Comté Nantais pour effectuer les taches de la vie quotidienne entre la fin XIXème et le début XXème.


Il est caractérisé par une jupe de drap de laine de couleur sombre (noir, gris, bleu, marron, etc.) avec des plis « tuyau d’orgue » à l’arrière, souvent recouverte d’un tablier en coton épais. Le chemisier, avec col « claudine », est en coton piqué ou avec des motifs imprimés. Pour se protéger, les femmes peuvent parfois enfiler des manchons sur leurs avant-bras.


Elles sont coiffées d’un bonnet au tissage à motifs géométriques et quelquefois avec un semis de fleurs, légèrement amidonné comportant des barbes que chacune fixait à son gré et en fonction de son ouvrage, soit libres ou attachées par devant sur la poitrine ou dans le dos, ou encore fixées sur la coiffure ou à l’arrière.